La course à pied en Haute-Savoie

Le site de la course à pied en Haute-Savoie, Savoie, Ain et canton de Genève

Forum de la course à pied en Haute-Savoie

Répondre au message - Retour au forum sur la course à pied en 74

Esprit trail ? par jl le 14-04-2008 à 08:44

Un peu de phylo maintenant, voici un récit de coureur du Trail de la vallée de Chevreuse, c'est un peu long mais mérite d'être lu, qu'en pensez vous ?

Bonjour,

je vous prie, de trouver, ci-dessous, mon compte rendu du Trail de la Vallée de Chevreuse 2008, dans le quel je reviens sur l'évènement de début de course (erreur de parcours des 40 premiers après 1,5 km). Suite à la lecture du compte rendu de course sur le site du Team SALOMON, et du vécu de ma propre expérience sur ce Trail, je souhaite apporter mon témoignage par mon récit et signifier mon désaccord avec ce qui est écris sur le site du team SALOMON « Est-ce petit froid piquant qui stimule la foulée des hommes en tête ? Ca part très vite, tellement vite qu’à peine 10 kms plus loin, petite erreur de parcours pour ce groupe ! Ils se retrouvent à faire 1 kilomètre inutile dans la forêt de chevreuse ! Le peloton se reforme ».
Mais aussi, vous informer de ma déception toute mesurée car je pense que les rêgles du trail ont été bafouées lors de cette édition. C’est peut-être un terme un peu excessif, c’est vrai. Mais vous comprendrez mieux après la lecture de mon récit.

Récit :

Après un départ très rapide pour cette distance sous un ciel devenu clément, le troupeau s’en va à la conquête de la 1ère difficulté de la journée, Cette petite bosse sert de mise en jambe, elle est ensuite suivie d’une portion plane et boueuse passant à travers forêt et la plaine en lisière de forêt.
Je suis placé je pense entre la 50 ème et 40 ème place.
Nous rentrons de nouveau dans la forêt et théoriquement je me dis que peu de temps après nous devrions bifurquer à droite tout comme l’an dernier pour entamer se parcours Montagnes Russes du TVC qui commence vraiment sur ce chemin descendant.
Surprise, je jette un coup d’œil à droite et j’aperçois le balisage, je vous livre alors ma pensée mais que faisons nous, moment de doute, je m’arrête et hurle comme je peux pour inciter les trailers devenus soudainement des moutons. D’ailleurs, on pourrait se croire en transhumance. Mais là, il n’y a pas de bergers.
J’essaye tant bien que mal à signaler que tout le monde fait faux chemin mais vraisemblablement c’est la le troupeau qui rencontre le plus de succès. Malgré mes indications, bon nombre de trailers continus de filer tout droit en direction de la piste cyclable.
J’arrive enfin sur le bon chemin et entame seul en tête cette descente accompagné d’un bruit de corne de brume, je me dis c’est bon tout le monde doit être prévenu.
Dans la descente, aucune trace fraîche, je suis bientôt rejoins par un autre coureur, je lui glisse quelques mots, nous sommes en tête du TVC ! Cela nous fais un peu rigoler.
A la faveur d’un virage ou d’un talus je ne me souviens plus, j’aperçois un petit groupe à environ 30 secondes derrière, c’est pour vous dire à quel point il semble que malgré mes indications et mes gestes les trailers eurent bien du mal à me faire confiance et me suivre. L’an dernier nous étions en file indienne au même endroit à des places équivalentes.
Le temps passe et nous arrivons à la fameuse bosse équipée d'une corde, surprise maintenant je suis sur que personne n’est devant nous, aucune trace ou enfin 2 ou 3 ce doit être celles des baliseurs !
Les minutes et les kilomètres s’égrainent et nous sommes surpris de ne pas voir la tête de course revenir sur nos talons. Je suis peut-être naïf mais quand on se trompe de chemin l’on doit faire demi tour , Je me suis trompé 3 fois sur le TVC 2008 à chaque fois j’ai fais demi-tour pour retrouver le balisage que j’avais par manque de concentration laissé tombé. Je tiens à rappeler que le parcours était parfaitement balisé et le briefing post départ le précisait bien, si pas de balisage pendant 100 m faire demi tour !
Après environ 45 min de course le parcours n’est plus vierge !!??
J’ai compris à ce moment que les 40 à 50 premiers partis tout droit sur la piste cyclable sont certainement loin devant. Ce qui est normal pour les tops coureurs. Enfin normal pas vraiment…oui enfin on les auraient trouvés devant de toute manière. OK. J’aurais tout de même bien aimé les voir me doubler pour les côtoyer ne serait-ce 10 secondes. Bien non ! Où sont-ils passés ? ont-ils abandonnés, ils n'ont tout de même pas coupés, c'est pas possible, non ils vont revenir attendons un peu. (c'est là que prend un mauvais sens l'écrit du Team SALOMON "Ils se retrouvent à faire 1 kilomètre inutile dans la forêt de chevreuse !" serait-ce le contraire
Je finis la 1ère boucle comme l’an dernier en 01 :42 min, mais cette année je suis un peu seul. Seul 3 coureurs mon doublés depuis l'incident et ils sont à 30 seconde devant moi, je ne tarde pas à les rattraper. Je m’ennui un peu tout seul. Beaucoup plus loin après les dévers dans les fougères, environ au 25 ème kilomètre, au moment où nous franchissons la route pour rejoindre le site de la cascade juste avant le « mur » suivi du ravitaillement on m’annonce 42 ème suivi de 2 autres coureurs, Claude c’est sur, et Emmanuel peut-être, sa montre faisait bip toutes les 2 min. Le moral en prend un coup, ce n’est pas 15 ou 20 coureurs qui sont devant comme auraient pu laisser augurer les traces mais 40. Claude m’accompagne depuis au moins 8 kilomètres. Nous ne nous quitterons plus jusqu’à l’arrivée. Toujours personne en point de mire, ou plutôt des coureurs partis trop vite qui sont un peu à la dérive, pas beaucoup de monde, vraiment très peu. L’année dernière il y avait des petites grappes de coureurs par si par là. Il est indéniable que les coureurs partis tout droit sur la piste cyclable ont gagnés du temps sur leurs adversaires, c’est mon ressenti, même si certains s’en défende puisque apparemment ils ont eut du mal à retrouver « un chemin » et non pas le chemin. (J’ai pu recueillir des témoignages de coureurs partis devant, il semble ne pas avoir conscience du temps gagné, ce qui est normal à mon sens, ils ont du tourné un peu en rond). Ce que je veux bien croire mais vu la physionomie de la course il n’en demeure pas moins qu’il est évident que cela leurs ait apporté un petit avantage, difficile à quantifier c’est vrai.
L’esprit trail au quel il était fait référence lors du briefing m’a paru assez éloigné de la réalité pour certain.
Je pense aussi que le classement général ne se trouve pas vraiment chamboulé mais cela aurait pu changer légèrement le classement pour les places de 20 à 40.
Tous coureurs ce doit de respecter le parcours en empruntant le chemin balisé en cas d’erreur 2 options sont envisageables :
1 - Réparer cette erreur et donc faire demi-tour ce qui est facile quand un parcours est aussi bien balisé.
2 - Ou abandonné.
Mais en aucun cas cela doit procurer un bénéfice. Ce qui ne fut pas le cas sur le TVC 2008.
Une question aurait pue être posée :
Etes-vous passé par la bosse équipée d’une corde ?

Pour en revenir au trail, j'avais oublié que la partie entre le ravitaillement 2 et 3 était particulièrement usante, certainement la plus boueuse du parcours et la moins courable. Hors piste entre rochers et les arbres debout et couchés, des sections proche de l'escalade, on peu employer le terme trialisante, on en a pour notre argent. Cette portion laisse des traces dans les jambes et dans la tête. J'attend le ravito avec impatience, je suis en panne d'eau, la source c'est tarie il y a peu. Enfin, au 44 éme kilomètre, je peu m'abreuver et manger. Bizarrement je me suis jamais vraiment bien senti sur se trail, pas trop de jambes et des sensations bizarres au niveau du ventre assez difficiles à décrire. Toujours au ravito, Claude me dit on y va quand tu veux, Ok je te préviens. C'est repartis et nous récupérons le circuit de retour de la boucle des 17 km qui me parait bien plus dur et longue qu'au 1 er passage.

Voilà cela se termine. Juste avant la pluie et la grêle, et j'ai une petite pensée à tous les trailers croisés au ravitaillement 2 et 3, ils leurs restaient 27 km c'est à dire qu'ils en étaient à la moitié et pour notre part il en restait 10. Ils ont dus essuyer quelques averses, courage.

Mon objectif était de faire moins de 6 heures je n'en suis pas trop loin (6:11). Les condition étaient plus difficile que l'année dernière, ajouté à cela quelques difficultés supplémentaires et une distance accrue. 53,6 km au total et 2125 m de D+ selon les données de mon polar.
Au terme de cette épreuve un sentiment un peu mitigé, légèrement déçu, je me pose beaucoup de question quant à l’esprit trail qui nous animes. Mais fier d’avoir fini ce TVC, fier d’être resté en chemin et fier d’être resté fidèle à ma philosophie.
Merci Claude de m'avoir attendu sur la fin de parcours. Et à une prochaine.
Merci à Philippe, Denis et Juju pour l'accueil triomphale à l'arrivée, ça fait du bien.

Après la lecture de se récit qu'en pensez-vous, Esprit Trail ? Equité ?
Guillaume

Esprit trail ? par Pelloche le 14-04-2008 à 11:48

C'est vrai qu'il peut y avoir débat, mais un pointage régulier surtout au point spécifique du passage de la corde aurait pu clarifier les choses. Mais j'ai déja eu plusieurs fois l'occasion de me planter en étant devant , il est vrai que la vitesse doit être conjuguée avec une grande concentration pour observer la moindre bifurcation même si l'organisateur a bien fait son boulot.
Un promeneur indélicat ou un animal aurait vite fait de rendre invisible un signalement. Mais encore une fois tout le monde n'est pas à l'abris d'une mésaventure de ce type, et dans le cas cité on peut ressentir une injustice mais si chacun reconnais et assume sa faute non délibérée l'esprit trail reprendra le dessus.
Ce type de soucis fait parti du trail et quand des centaines ou des milliers de coureurs s'élancent dans la nature il y en aura toujours qui suivront plus celui qui est devant que le balisage.

www.courir74.com créé par Serge Loubet, loubet@courir74.com pour me contacter - mentions légales - Flaine - Ski de rando - Randonnée pédestre - Raquette